Combien d’instants irrémédiablement perdus

Qui dans le temps suspendu

Se rappellent à ma mémoire ?

Des instantanés aujourd’hui ébréchés

Qui se conjuguent à présent à l’imparfait

Dans un perpétuel mouvement aléatoire.

Des instants qui traversent et qui bouleversent

Une existence qui n’a de cesse

Mourir aux yeux de celui qui peut percevoir

Que la vie inlassablement est faite

De renoncements remplis d’espoirs

Dans une continuité cinétique, quelque peu abstraite.

Catégories

Elia Lutz