Le recyclage des vêtements pour une mode responsable

Une fois n’est pas coutume, Modelya se penche sur nos soi-disant déchets qui peuvent être pour des créateurs ingénieux une source incroyable d’inspiration. Sachez mesdames et messieurs que par exemple 85% de nos textiles produits finissent à la poubelle alors qu’ils pourraient être recyclés !  Que des épluchures d’orange peuvent aujourd’hui se transformer en tissu de même que la fibre du lait ou des restes de culture de bananes, ananas etc… Que des champignons deviennent du cuir végétal et des filets de pêche des maillots de bain ! Alors me direz-vous what else ?

Du recyclage textile à l’upcylcing

Kombishort
Les Récupérables

Le recyclage a le vent en poupe depuis quelques années. Pour l’industrie de la mode la deuxième plus polluante au monde, le recyclage de ces textiles pourrait être une solution à de nombreux problèmes écologiques et humains. Mais que nenni, elle s’obstine sur un modèle à bout de souffle alors qu’une mode d’avant garde voit le jour. Aujourd’hui seulement 20% de ces textiles sont recyclés grâce aux conteneurs relais présents en ville et en campagne. La déchetterie permet également de déposer des vêtements et autres textiles qui seront également récupérés puis transformés. Il y a aujourd’hui assez de textiles produits en circulation pour ne plus en produire de nouveaux. Les marques de la mode éthique et éco-responsables qui proposent de nos jours des vêtements et accessoires issus de ces textiles sont de plus en plus nombreuses. Chez Hopaal leur « pull du futur » ou leur « anti-chemise » sont tous deux un exemple parmi tant d’autres de la portée du recyclage et de son impact positif sur l’environnement. Car au lieu des 7000 litres d’eau utilisés pour un pull ordinaire d’une marque quelconque de la fast-fashion, le « pull du futur » n’utilise quant à lui que 50 litres d’eau !

Autre phénomène très en vogue l’upcycling. Bien plus qu’un simple mouvement éphémère, l’upcycling ou surcyclage revalorise des objets, des tissus etc… qui sont censés finir à la poubelle. C’est d’une certaine manière leur donner une seconde vie sans pour autant utiliser une énergie (eau, électricité) pour les transformer. C’est là que se situe la différence entre le recyclage et le surcyclage. Aujourd’hui une des créatrices dans la mode éthique qui symbolisent ce réel choix de vie est Anaïs Dautais Warmel, fondatrice de la marque Les Récupérables. Des tissus surannés aux motifs floraux vont se transformer en magnifique Kombishort, un exemple d’upcycling à l’état pur. De la revalorisation ici en l’occurrence d’un vieux tissu existant pour donner un vêtement tendance original et qui plus est éco-responsable.

Les grandes marques et le recyclage

Vêtements grandes marques

Avec une mode éthique qui fait de plus en plus parler d’elle chaque année, les grandes marques toujours prêtes à redorer leur blason, s’engouffrent dans la brèche. Une fois de plus, ce sont des outsiders loin de cette industrie macrophage qui montrent l’exemple. Pourtant certaines marques peut-être réellement conscientes de l’enjeu environnemental et humain qui pèse sur la fast-fashion proposent vêtements et chaussures en polyester recyclé par exemple issu de déchets plastiques ramassés sur les littoraux, au bord des fleuves, milieux marins etc… Quintessence même de ce qui est réellement la mode c’est à dire un éternel recommencement, faire du neuf avec du vieux semble être l’avenir aujourd’hui d’un système qui tel le serpent se mord la queue !